Aller au contenu principal

OTE : L’UE n’a pas tenu ses promesses en matière d’exportation de l’huile d’olive tunisienne

OTE : L’UE n’a pas tenu ses promesses en matière d’exportation de l’huile d’olive tunisienne

Selon l’Observatoire tunisien de l’économie (OTE), le soutien exceptionnel sur deux années (2016-2017) que l’Union européenne (UE) avait promis à la Tunisie, en termes de dédouanement de l’exportation d’huile d’olive tunisienne destinée à l’UE « n’a pas été à la hauteur des promesses ».  Dans un article intitulé « Bilan du soutien européen temporaire aux exportations d’huile d’olive tunisienne », l’OTE a indiqué que « seulement 2.557 tonnes d’huiles d’olive ont profité des licences de dédouanement (soit 3,7%) sur les quotas promis estimés à 70.000 tonnes. »

En effet, le Parlement européen avait adopté, le 19 avril 2016, le règlement 2016/580 octroyant un quota supplémentaire dédouané de 35.000 tonnes par an d’huile d’olive vierge dans une période limitée à 2016 et 2017. Sur deux ans, l’UE devrait offrir ainsi à la Tunisie un quota potentiel de 70.000 tonnes d’huile d’olive dédouanées. Ce règlement vient s’ajouter au 1er règlement n° 1918/2006 du 20 décembre 2006, qui octroie à la Tunisie un contingent dédouané de 56.700 tonnes par an d’huile d’olive vierge relevant des codes NC 1509 10 et 1509 90.
Selon l’OTE, « seules 2.557 tonnes d’huile d’olive tunisienne ont été exonérées à l’exportation en 2016 dans le cadre du nouveau règlement d’exécution 2016/605. Seuls 7,3% du quota promis sur un total de 35.000 tonnes ont été exonérés en 2016 et 0% en 2017. »

Le document explique que l’UE a autorisé à la Tunisie d’exporter sur ses marchés des quotas supplémentaires d’huile d’olive, à la suite de l’attentat terroriste du 16 juin 2015 pour soutenir son économie. Mais ces quotas exonérés de droits de douane ne peuvent être exportés qu’après l’épuisement de ceux autorisés en vertu du premier règlement 1918/2006 (c’est-à-dire après l’épuisement du quota de 56.700 tonnes. C’est la condition qu’a mise l’UE pour « maintenir la stabilité du marché de l’huile d’olive dans l’Union » et rassurer les oléiculteurs européens. Le nouveau règlement 2016 stipule l’évaluation à mi-parcours de l’impact de l’autorisation européenne sur le marché de l’huile d’olive de l’Union européenne avec la possibilité de la suspendre ou la corriger.

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.